Un mot aux parents !

Aller en bas

Un mot aux parents !

Message par petus le 12/9/2006, 12:02 pm

Cette page est dédiée aux parents qui doivent faire face à la souffrance de leurs enfants
Les parents ne voient pas:
comment pourraient-ils accepter que leurs enfants souffrent ?

Parents, soyez forts pour vos enfants
Pour aider votre enfant, acceptez de voir sa souffrance



Si vous êtes une mère ou un père qui voyez son enfant dans la souffrance, parlez lui sans jugement, sachez ne pas savoir à sa place.
Il est très difficile de parler à ses parents. Il est très difficile d'avouer une faiblesse à ses parents.
Et s'il s'agit, comme dans mon cas, d'un problème d'ordre sexuel, c'est encore plus dur.
Soyez présent, soyez attentif, faites passer ce message: "Je t'aime, je suis là, je suis avec toi".


Il m'a fallu deux mois (après avoir compris que j'avais été victime de viols) pour en parler à ma mère et environ un an pour en parler à mon père. C'est parce qu'il était bien plus important pour moi d'en parler à mon père que j'ai mis plus de temps à me décider.

Dire à ses parents "je ne vais pas bien" ou "je souffre" ou "je suis en train de crever", est très compliqué. Plus la personne est importante, plus il est difficile de dire, et les parents ont la première place... ce sont les parents.


TEMOIGNAGE D'UNE MERE:
(Ce témoignage à l'heure actuelle date un peu mais garde tout son intérêt.)


J'avais toujours su, depuis le début de ma grossesse, que je ne serai plus jamais libre en devenant mère. Je savais aussi, que le pire qui pourrait m'arriver, serait de voir souffrir mon enfant. Mais j'étais si forte! J'avais une telle confiance dans la vie et une telle certitude d'être la meilleure des mères!
Comment aurais-je pu imaginer ce qui allait fondre sur nous! Mon enfant a souffert, j'ai vu souffrir mon enfant, et j'ai été responsable de cette souffrance. Parce que j'étais la mère, que je n'avais pas le droit à l'omission, à l'oubli, à l'aveuglement, à l'ignorance, à la naïveté, à la fatigue, à l'erreur.
Quand j'ai pris conscience de ses tristesses, de ses silences, j'ai cru d'abord, que "ça allait passer". J'ai accusé l'adolescence, la mauvaise ambiance dans notre foyer désuni, j'ai tenté de me rassurer : "Elle est forte, elle est ma fille, elle va s'en sortir, elle sait que je suis là".
Elle me parlait de "la boue" dans laquelle elle s'enfonçait, et je ne comprenais pas, et je pleurais, ces matins d'angoisse où je la laissais, en loques, devant le lycée, parce que je devais aller travailler, parce qu'un enfant doit aller à l'école.
Le peu qu'elle me disait sur son mal me faisait croire que nous étions restées très proches, et j'étais fière d'avoir su garder la confiance de ma grande ado. Et je l'ai cru pendant des années.
Je ne pouvais pas imaginer le mal. Mon enfance, ma jeunesse n'avaient pas connu le malheur, comment aurai-je pu le deviner si proche de nous?

Et puis, l'adolescente est devenue une femme, sombre, dépressive, mais un jour, enfin, mon enfant est devenu adulte et a trouvé la force de parler.
Alors la Terre a tourné à l'envers, mon sang s'est glacé dans mes veines, mon cœur s'est arrêté de battre. Après 15 ans de lutte et de souffrance, elle a su me dire l'indicible.
J'ai eu la vision de vases communicants, au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, pour entrer en moi - des mots affreux qu'elle retenait pourtant pour éviter, sans doute, de trop me blesser - j'avais l'impression que le mal changeait de corps, qu'il sortait d'elle pour entrer en moi.
Deux ans après (à l'époque de la rédaction de ce texte), le mal est bien en moi, mais pas tout à fait sorti d'elle. Il en restera toujours un petit peu sans doute; même si elle va de mieux en mieux, elle ne pourra jamais tout effacer.
Je continue à ne pas savoir ce qu'il faut faire. Parfois je pressens qu'il faudrait parler, mais comment? Qu'il faudrait faire quelque chose, mais quoi?
Je ne sais que lui faire confiance.
Et attendre.


Voici le lien du site d'Alixe Loane :http://alixe.loane.free.fr

_________________
http://cendrinelemaire.neuf.fr/

Celui qui n'as pas traversé l'autre rive, ne doit pas se moquer de celui qui se noie ! (Alpha Blondy)
avatar
petus

Féminin
Nombre de messages : 638
Age : 48
Localisation : france
Loisirs : sport (karaté), tableaux carton mousse , objet en perles etc....
Date d'inscription : 03/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://sos-aide-victimes.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum